Récital Dimitri Weissenberg

Concert le samedi 14 mai 2022 à 20h.
Auditorium Stephan Bouttet, 6 rue Sadi Carnot, Dinard

Réservations en ligne

 

Dimitri Weissenberg, Piano

 

Programme :

Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791)

Sonate pour piano n° 14 en ut mineur, K. 457 (1784)

I. Molto allegro
II. Adagio
III. Allegro assai

Camille Pépin (1990 – )

Number 1 (2020)

François Couperin (1668 – 1733)

Premier livre de pièces de clavecin, extraits du 3ème ordre (1713)

La Ténébreuse (Allemande)
La Lugubre (Sarabande)

Isaac Albéniz (1860 – 1909)

Iberia, extraits du troisième livre (1908)

El Albaicín
El Polo

Dmitri Kabalevsky (1904 – 1987)

Sonate n°1 en fa majeur, op 6 (1927)

I. Allegro non troppo ma con fuoco
II. Andantino semplice
III. Vivo

Dimitri Weissenberg est né en 2001 à Saint Malo. Il débute le piano à l’âge de six ans et entre au Conservatoire de Saint Malo en 2009 dans la classe d’Agnès Dubois-Chauvet.

Ses progrès rapides et remarqués lui permettent de jouer avec orchestre dès avril 2012 le 3ème concerto de Kabalevsky, en 2014 le concerto pour piano n°2 de Chostakovitch et en 2017 le concerto pour piano en la mineur de Grieg dans le cadre du festival « Classique au Large ».

En 2015 il remporte le premier prix à plusieurs concours, dont le Concours national de piano de Mayenne (catégorie DEM), qui lui permettent de participer à de nombreux récitals et événements musicaux.

Après avoir obtenu son DEM à l’unanimité avec les félicitations du jury, il intègre en 2018 le CRR de Rueil-Malmaison, niveau Excellence, dans la classe de Rena Shereshevskaya.

En mars 2019 il est admis à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dans la classe de Marie-Josèphe Jude. Parallèlement, il poursuit ses études supérieures en bi-cursus Mathématiques et Philosophie à Sorbonne Université.

En 2020 il s’est produit dans le cadre d’un récital au festival des Sommets Musicaux de Gstaad en Suisse, sous la direction artistique de Renaud Capuçon, où il participe à la création de la pièce Number 1 de Camille Pépin.